Au revoir Juliette Gréco...

Au revoir Juliette Gréco...

Triste nouvelle… Juliette Gréco est décédée à l’âge de 93 ans, des suites d’un accident vasculaire cérébral.

Cette chanteuse, actrice, icône culturelle, était également une muse des philosophes existentialistes de la période d’après-guerre en France.

L’artiste nous a quittés, ce mercredi, où elle vivait dans sa demeure à Ramatuelle, dans le Var, près de Saint-Tropez, un coin qu’elle affectionne depuis longtemps, puisqu’elle y séjournait avec Miles Davis et y parcourait les rues de Saint-Tropez avec le réalisateur Orson Welles.

Aux origines grecques et d’une voix incroyablement profonde et rauque – acquise après des années de tabagisme – Greco a immortalisé certaines de ses chansons les plus reconnaissables de France, au cours d’une longue carrière de sept décennies, y compris les classiques « Sous le ciel de Paris » et « Je hais les dimanches ».

D’ailleurs, pour le titre « Je hais les dimanches », elle obtint en 1951 le prix Édith Piaf d’interprétation de Deauville pour la chanson (dont les paroles sont signées Charles Aznavour et la musique est composée par Florence Véran).

Parmi les autres récompenses, on compte aussi en 1964 le grand prix de l’Académie Charles-Cros pour l’album Gréco chante Mac Orlan (paroles de Pierre Mac Orlan et musique de Philippe Gérard), en 2007 la Victoire d’honneur pour sa carrière aux Victoires de la musique et en 2009, la Médaille d’or de la Sacem pour ses soixante ans de carrière.

Juliette Gréco est née à Montpellier le 7 février 1927 d’un père absent, Gérard Gréco, et d’une mère bordelaise, Juliette Lafeychine – dont elle a dit dans un documentaire français de 1986 qu’elle a reçu peu d’amour. « Vous n’êtes pas ma fille », avait déclaré Gréco citant sa mère.

Gréco est notamment célèbre pour avoir été l’interprète d’auteurs tels que Raymond Queneau, Jacques Prévert, Léo Ferré, Boris Vian et Serge Gainsbourg.

Paul McCartney a déclaré dans un entretien en 2007 que le classique des Beatles de 1965 ” Michelle ” était inspiré par Juliette, qui incarnait la fraîcheur de l’époque, bien au-delà de la France.

Enfin, comme l’a si bien écrit sa famille via un communiqué adressé à l’AFP, « Elle faisait encore briller les chansons françaises à l’âge de 89 ans. »

Abonnez-vous dès maintenant !

Simple et rapide.