Guy Lux et le Schmilblick, qu'est-ce que c'est ?

Par Quentin Boitel
Le 11 juin 2023
4 mins

Nous avons tous déjà entendu l’expression « Faire avancer le Schmilblick », comprenez « Faire avancer les choses ». Pour autant, nous ne savons pas d’où provient ce mot si particulier. Et pourtant, de Pierre Dac à Coluche, en passant par Guy Lux, le Schmilblick a connu plusieurs vies. Melody revient sur les origines de ce nom, aujourd’hui ancré dans le langage courant.

Une fantaisie de Pierre Dac

En 1950, l’humoriste Pierre Dac présente un nouveau sketch très fantaisiste. Dans celui-ci, il vante les mérites d’une machine imaginaire qui sert à tout et à rien à la fois. Il emploie alors des mots inventés à l’air savant et baptise son objet le « Schmilblick ». Le sketch est drôle, le public adhère, et le terme semble avoir marqué un célèbre producteur de télévision, Jacques Antoine.

Un jeu télévisé avec Guy Lux aux commandes

C’est en 1969 que Jacques Antoine crée et produit un jeu baptisé « Schmilblic ». L’émission a lieu tous les soirs en direct sur la première chaîne de l’ORTF. Le jeu fait étape dans une ville différente chaque jour et se déroule ainsi : Guy Lux est à Paris en studio, les candidats dans leur ville voient une photo d’une partie de l’objet à retrouver. Durant la partie, les candidats posent une question permettant de mieux cerner l’objet. Si l’animateur répond négativement, le candidat a perdu. Si la réponse est positive, 100 francs sont ajoutés à la cagnotte. Ensuite, Guy Lux propose au candidat de donner le nom de l’objet auquel il pense. S’il le trouve, il remporte la cagnotte. Certains peuvent aussi poser simplement une question sans avoir une idée sur l’objet, on appelle cela « Faire avancer le Schmilblic ».

Même s’il n’a duré qu’une saison, le jeu a marqué les esprits avec ses candidats qui avaient du mal à prononcer le nom du jeu, des problèmes techniques à répétition et un Guy Lux pouvant perdre patience.

Le sketch culte de Coluche

Quelques années après l’arrêt du jeu, on entend à nouveau parler du Schmilblick. Cette fois-ci, c’est l’humoriste Coluche qui, en 1975, fait de ce jeu insolite un pastiche en se moquant de ses candidats et de son animateur. Dans ce sketch, Coluche interprète tous les candidats du jeu. Le rôle de Guy Lux est joué par Martin Lamotte, et la correspondante en région est interprétée par Christine Dejoux. À travers tous ces personnages, Coluche dresse un portrait hilarant de la France des années 70, rendant hommage à Guy Lux et à son jeu. C’est ainsi que le terme « schmilblick » est entré dans le langage courant en France, intégrant même le dictionnaire Petit Robert en 2000.

Guy Lux est à l’honneur sur Melody, rendez-vous sur notre plateforme de streaming : my.melody.tv