Jean-Baptiste Guegan, disque de platine, dévoile le clip de "Puisque c'est écrit"

Par damien_louvetys
Le 17 octobre 2019
3 mins

En quarante-cinq jours, le premier album du sosie vocal de Johnny, Jean-Baptise GUEGAN, est certifié disque de platine, pour plus de 100 000 passages en caisse. Porté d’abord par le single « Retourner là-bas« , voici qu’il l’est à présent par « Puisque c’est écrit« , son successeur. « 100 000, c’est ce qu’on espérait faire sur la totalité de l’album, autrement dit sur un an et demi. Avec la crise du disque, c’est juste colossal ! Jean-Baptiste le gère très bien. Les chiffres ne l’affolent absolument pas. Tout ce qui l’intéresse c’est de monter sur scène et plus la scène est grande, plus ça l’excite ! » se félicite son manager Christophe PORQUER.

Michel MALLORY, l’auteur des chansons, ne tarie pas d’éloges sur son poulain : « Quand il m’a dit bonjour, ça m’a bluffé. Il a les mêmes cordes vocales et les mêmes défauts« . Si les fans sont divisés sur les réseaux sociaux, les chiffres de ventes montrent qu’une partie du public de Johnny le suit. « Il comble le manque » avoue Brigitte, 63 ans. « Johnny me manque et Jean-Baptiste me rappelle par sa voix et son humilité mon idole. J’espère qu’il va se faire un nom, car c’est un vrai artiste » poursuit-elle. « Il ne cherche pas à imiter Johnny. Si c’était le cas, cela ne nous intéresserait pas » renchérit Béatrice. Ah bon ? Rappelons quand même que son spectacle s’appelle « La voix de Johnny« . Avec ce dernier, Jean-Baptise GUEGAN partira à l’assaut des Zéniths de France.

Popularisé grâce à sa participation à l’émission « La France a un incroyable talent » sur M6, le sosie vocal de Johnny HALLYDAY, Jean-Baptiste GUEGAN dévoile un opus contenant douze titres qui étaient destinés à Johnny HALLYDAY, écrits et composés par Michel MALLORY. Ce dernier l’a avoué dans une interview donnée à nos confrères de RTS Un, en Suisse ; selon lui, c’est bien le disque tout entier qui était destiné au taulier. Johnny devait en effet s’envoler à Nashville pour enregistrer ce qui devait être son ultime disque.

Par Damien Louvetys