Joe Dassin - Salut les amoureux, chanson de rupture ou d'espoir ?

Par Gilles Farina-Vallé
Le 24 août 2022
4 mins

Les chansons de rupture sont bien souvent devenues des tubes intemporels. Enfin, la chanson dont nous allons parlé aujourd’hui n’est pas vraiment une rupture… Salut les amoureux sortie en 1972 est écrite par Claude Lemesle, le parolier et ami de Joe Dassin. Découvrons la véritable histoire se cachant derrière ce titre incontournable !

Une mise en abyme

Pour comprendre le véritable sens derrière la chanson, il faut traverser l’Atlantique. Classique du Folk américain, le titre porte le nom City of New Orleans. Chanté avec succès par Arlo Guthrie, le titre raconte l’histoire d’un train qui parcourt les États-Unis. Le texte nous offre un voyage à la première personne. Or, lorsque Claude Lemesle souhaite l’adapter dans la langue de Molière, il voit mal Joe Dassin chanter « je suis un train »…

C’est dans sa vie personnelle que le parolier puisa son inspiration. En effet, ce dernier vient de vivre une douloureuse rupture avec son grand amour Valentine Saint-Jean. Les années passant, le couple décide de se séparer. La rupture étant officielle, les amants d’antan se promènent dans la rue. Une dame passant et voyant le couple lance alors « Salut les amoureux ! ». Il n’en fallait pas plus au parolier pour écrire le tube que l’on connait.

Rupture ou espoir ?

Au premier abord, on pourrait penser que cette chanson parle d’une rupture conventionnelle voire exceptionnelle pour l’époque. Les amoureux se quittent et restent dans une relation plus que cordiale. Or, en relisant le texte de Claude Lemesle, on se rend compte que le parolier aimait encore profondément Valentine Saint-Jean.

Et l’on sait trop bien que tôt ou tard
Demain peut-être, ou même ce soir
On va se dire que tout n’est pas perdu
De ce roman inachevé, on va se faire un conte de fées
Mais on a passé l’âge, on n’y croirait plus

On s’est aimé comme on se quitte
Tout simplement, sans penser à demain
A demain qui vient toujours un peu trop vite
Aux adieux qui quelquefois se passent un peu trop bien

L’espoir dans la chanson est omniprésent. Les amoureux ne se déchirent pas et pensent que tout n’est pas perdu. Bien évidement, le texte mesure cet élan d’optimisme avec le « on n’y croirait plus ». On parle donc bien de rupture dans la chanson mais pas que. C’est ce qui en fait sa force ! On retrouve cette construction dans C’est fini, autre titre phare de Joe Dassin. L’amour est contrarié ou malmené tout en gardant une dose d’espoir inébranlable.

Une chanson intemporelle, qui selon la légende était la préférée du chanteur.

Pour retrouver Joe Dassin dans émissions jamais revues, rendez-vous sur notre plateforme de streaming !

Joe Dassin dans Top à Gérard Lenorman