Johnny HALLYDAY : son cortège sur les Champs-Elysées

Par Thierry Cadet
Le 8 décembre 2017
4 mins

La France rendra samedi un véritable et unique hommage populaire à Johnny HALLYDAY, disparu mercredi dernier. Dès demain matin, quelque 500 à 700 motards et bikers se donneront rendez-vous pour suivre le convoi du rockeur qui descendra à partir de 12h00 de l'Arc de Triomphe à la place de la Concorde. "Il faut que ça reste rock'n'roll, très axé sur la musique, qu'il y ait des motos et des bikers qui l'accompagnent et qu'il soit proche de son public et de ses fans" estime le manager du chanteur, Sébastien FARRAN, lors d'un point de presse avec le préfet de police de Paris, Michel DELPUECH.

Suivra une cérémonie religieuse en l'église de la Madeleine au cours de laquelle le président Emmanuel MACRON prendra la parole et qui sera retransmise sur des écrans à l'extérieur. La série d'hommages sera ensuite ponctuée de musique jouée par les musiciens de Johnny HALLYDAY, sur une scène montée place de la Madeleine.

Il s'agira donc un hommage populaire, mais pas national. Une formule jusque-là inédite en France, elle a été détaillée dans un communiqué de l’Elysée : "Il a été convenu entre la famille, les proches de Johnny HALLYDAY et la présidence de la République, que dans le cadre de cet hommage populaire, le convoi funéraire partira de l’Arc de triomphe, puis descendra les Champs-Elysées jusqu’à la place de la Concorde avant de se rendre à l’église de la Madeleine pour un office religieux. Les musiciens de Johnny HALLYDAY l’accompagneront musicalement. Le président de la République prendra brièvement la parole pendant la cérémonie".

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

"La tradition des hommages nationaux naît avec la Révolution française, et ce dès son début : il est délivré un brevet de vainqueur de la Bastille, qui est une forme d’hommage et de reconnaissance, tandis que la tradition des transferts au Panthéon est inventée" explique le professeur d’histoire spécialiste des commémorations et usages publics Patrick GARCIA, à nos confrères du "Figaro". Décidé par le président de la République, l’hommage national doit être publié au Journal officiel. Traditionnellement, la cérémonie se déroule dans la cour d’honneur des Invalides ou au Panthéon, le cercueil couvert d’un drapeau tricolore. C’est là que le chef de l’Etat prononce un discours.

L'hommage national a lieu pour ceux qui ont donné leur vie à la nation. On rend donc hommage aux soldats, militaires et autres forces de l’ordre. En 2008, Nicolas SARKOZY préside ainsi l’hommage à Lazare PONTICELLI, dernier poilu. Autre exemple, plus récent : celui du parachutiste Albéric RIVETA, tué en juin au Mali. Xavier JUGELÉ, le policier qui a perdu la vie dans un attentat sur les Champs-Elysées en avril, a lui aussi été célébré.

Thierry Cadet