TEXAS en mode disco avec un célèbre footballeur

Par Thierry Cadet
Le 10 février 2017
3 mins

Il y a vingt-huit ans, en 1989, sortait le premier single de TEXAS "I Don’t Want A Lover" (Top 11 en France), la guitare slide et la voix de Sharleen SPITERI en font un immense succès et le groupe peut envisager la sortie de son premier album. Suivront une multitude de tubes durant les années 90, de "Everyday Now" à "In Our Lifetime", en passant par "Black Eyed Boy", "Say What You Want"… Le groupe atteint son apogée en 1999 avec l'album "The Hush" porté par le tube "Summer Son" (Top 4 en 1999) qui remporte un énorme succès commercial. Au Royaume-Uni, classé durant quarante-trois semaines, "The Hush" se hisse directement à la première place des meilleures ventes d'album lors de sa sortie, tandis qu'en France, où il est resté classé cinquante-et-une semaines consécutives dans les meilleures ventes d'albums, et atteint directement la seconde place. Entre 2005 et 2013, la formation fait une pause, la chanteuse Sharleen en profite pour dévoiler deux albums solos – sans grand succès. Revenu en force il y a quatre ans, TEXAS écope d'un nouveau hit avec "The Conversation" (Top 22 en 2013).

L'histoire continue, puisque sortira le 24 avril prochain un nouvel opus "Jump On Board", qui promet d'être sautillant comme en témoigne le premier extrait, le très disco "Let's Work It Out", dont le clip met en scène l'un de nos champions du monde de football, Thierry HENRY. Composé de dix pistes, le disque écrit et composé par Sharleen SPITERI et par Johnny Mc EILHONE, entre Londres et Glasgow, est présenté comme un "classique pop" au "son moderne". "On se sent plus frais ! On a vraiment passé un super moment en faisant ce disque. C'est comme un nouveau départ. C'est la prochaine étape de notre histoire et on adore ça" s'enthousiasme Sharleen au sein du communiqué de presse.

Le groupe Texas est fondé en 1988 à Glasgow. Composé de Sharleen SPITERI au chant, de Johnny Mc ElLHONE et d'Ally Mc ERLAINE aux guitares, de Stuart KERR à la batterie et d'Eddie CAMPBELL au clavier, le groupe se fait remarquer lors d'un concert par un gros label qui leur propose un contrat.

Thierry Cadet