Eurovision 2018 : France 2 lance un grand casting !

Par Thierry Cadet
Le 22 juin 2017
3 mins

Si l'an dernier, un casting national avait déjà été lancé, avant que finalement le choix ne se fasse en interne par la délégation française et la directrice des divertissements de France 2, Nathalie ANDRÉ, avec une artiste Warner ALMA (voir sur ce lien), il semblerait que pour 2018 France Télévisions décide de renouer avec les fondamentaux, ouvrir des auditions à travers notre pays. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que procède ainsi la France, en 1999 et en 2000 souvenez-vous, une émission avait été diffusée sur France 3 afin de choisir notre ambassadeur, en direct de l'Olympia ; c'est NAYAH puis Sofia MESTARI l'année suivante qui avaient alors été retenues.

D’autres pays procèdent ainsi depuis plusieurs années, dont l'Allemagne, l’Espagne, la Suède ou l'Italie – qui organise le très célèbre festival de Sanremo durant lequel le candidat du pays est choisi. "Non, la décision ne sera pas prise en interne !" précise-t-on au sein d'un communiqué. "Le casting est inédit et ouvert à tous. Vous êtes auteur, compositeur, interprète ou tout à la fois. Vous avez toujours rêvé de faire entendre votre voix, vos textes, votre musique en Europe et dans le monde entier. Ce concours est pour vous". Pour vous inscrire, cliquez sur ce lien.

Pour info, la France n'a pas remporté le concours depuis 1977 avec Marie MYRIAM et "L'oiseau et l'enfant" – même si elle s'est distinguée à plusieurs reprises depuis, notamment en 1990 (2ème avec Joëlle URSULL et "White & Black Blues" signé Serge GAINSBOURG), en 1991 (2ème avec AMINA et "Le dernier qui a parlé"), en 1993 (4ème avec Patrick FIORI et "Mama Corsica"), en 2001 (4ème avec Natasha ST-PIER et "Je n'ai que mon âme"), en 2002 (5ème avec Sandrine FRANÇOIS avec "Il faut du temps" signé Patrick BRUEL), en 2009 (8ème avec Patricia KAAS et "Et s'il fallait le faire") et bien sûr en 2016 (6ème avec AMIR et "J'ai cherché"). "Il y a plusieurs raisons" poursuit Edoardo GRASSI. "Le choix artistique d'abord. On a proposé des titres qui n'étaient pas dans les attentes du public européen. Niveau mise en scène on était derrière les autres, et aussi les relations diplomatiques avec les autres pays n'étaient pas soignées. Pour moi, c'était primordial. C'était ma première démarche en arrivant à ce poste".

Thierry Cadet