Exposition sur les Yéyé - Ça Twiste sur la SACEM !

Par Gilles Farina-Vallé
Le 26 octobre 2022
4 mins

C’est une période que les petits et grands ne sont pas prêts d’oublier. Un temps où la « culture jeune » inspirait toute la société française de 1959 à 1966. Ainsi, la SACEM vous propose de revenir sur ces sept ans aux prémices de la variété française dans une exposition mise en scène par Jean-Pierre Pasqualini.

Les prémices du Yéyé

Dans cette exposition riche et remarquablement sourcée, nous découvrons que le Yéyé a influencé les moeurs de toute une génération. Ce qui n’était alors qu’une « planche de salut » pour les Rockeurs jugés trop violents deviendra le style musical de tous les jeunes.

Ainsi, le yéyé puise son inspiration dans les chansons américaines, anglaises ou italiennes. Mais la plupart des chansons originales ne collent pas avec une simple traduction française. C’est pour cela que de nombreux paroliers accoucheront des succès que nous connaissons aujourd’hui à l’image de Itsy bitsy petit bikini reprise par Dalida et Johnny Hallyday.

Pour les petits et les grands !

Cette exposition nous permet également de comprendre l’importance de ce nouveau genre musical pour les « chanteurs à papa ». Ainsi, nous découvrons des Twists plus ou moins originaux comme Maurice Chevalier avec Le Twist du canotier ou encore Tino Rossi avec Le temps des guitares. Des chanteurs d’un autre temps mais suivant la mouvance !

Ainsi, Jean Ferrat chantera avec justesse dans Nuit et Brouillard en 1963 : « Je twisterais les mots s’il fallait les twister ». Le phénomène est tel que même les artistes populaires dans les années 60 se mettent à la mode Yéyé. Souvenez-vous de Charles Aznavour dès 1961 avec Il faut Savoir mais aussi et surtout sa chanson pour Johnny Hallyday : Retiens la nuit.

Mais un artiste sentira la mouvance avant tous les autres : Gilbert Bécaud. Celui dont le célèbre titre Salut les Copains, inspirera l’émission de radio et le magazine de Daniel Filipacchi et Frank Ténot.

Enfin, dans cette exposition, Jean-Pierre Pasqualini nous montre que le Yéyé était transmis dès le plus jeune âge ! Notons par exemple Pilote (le magazine), qui est né en 1959 qui va mettre Johnny Hallyday et Sacha Distel à sa une en 62, Sheila, Sylvie Vartan et Françoise Hardy ensemble puis séparément en 1963.

Ne manquez pas cette exposition virtuelle qui a fait du Yéyé un genre qui bouleversa les codes. Des codes repris par nos artistes contemporains à l’image d’Etienne Daho ou encore Julien Doré

Vous souhaitez en savoir plus ? Cinéma, presse, publicité, salles mythiques ? Rendez-vous sur le site de la SACEM. Et pour mettre des images sur ces informations passionnantes, rendez-vous sur notre plateforme de streaming : my.melody.tv !