Les plus belles interprétations de Dalida

Les plus belles interprétations de Dalida

Je reviens te chercher, Avec le temps, Je suis maladeDalida ne chantait pas que ses titres, elle était une remarquable interprète des chansons de ses pairs. (Re)découvrons ensemble quelques une des plus belles interprétations de Dalida.

Je reviens te chercher – 1967

1967 est certainement l’année la plus sombre de la carrière de Dalida. Son amour, Luigi Tenco s’est suicidé dans sa chambre d’hôtel après avoir interprété Ciao Amore Ciao au festival de San Remo. Lorsque la même année, la chanteuse interprète le titre de Gilbert Bécaud, les mots raisonnent avec sa vie sentimentale. ” Tous les deux on s’est fait la guerre, tous les deux on s’est pillé, volé, ruiné “… Un texte puissant, riche d’espoirs pour une femme tourmentée par les malheurs de la vie.

En revoyant sa prestation, remarquez comment Dalida “se prend dans les bras” à la fin de la chanson. Une gestuelle touchante, symbole d’une femme terriblement seule.

Avec le temps – 1972

En 1972, Dalida reprend l’inoubliable chanson de Léo Ferré : Avec le temps. Cette chanson, Dalida l’interprète d’une exceptionnelle pudeur. L’amour qui se délite, les années perdues, les souvenirs qui s’envolent et les rêves qui disparaissent, tant de fatalités que la chanteuse déclame avec émotion. Dans son interprétation, les mots raisonnent avec sa vie passée, les souvenirs reviennent en mémoire et nous sommes pris dans les tourments de la chanson.

Je suis malade – 1973

L’année suivante, Dalida souhaite reprendre la chanson de Serge Lama : Je suis malade. Elle interprète une femme qui crie, exulte, extériorise sont mal être intérieur. La force de cette reprise réside dans cette puissance controlée. Crescendo, la chanteuse s’empare des mots pour livrer une fois encore une interprétation personnelle et riche de sens. Jusqu’au point d’orgue où le coeur au bord des yeux et à capella, Dalida chante le dernier vers : ” Tu entends, je suis malade”. Une interprétation bouleversera la carrière de Serge Lama, ce dernier vendant par la suite des millions d’albums.

Quand on a que l’amour – 1979

Immense titre incontournable de Jacques Brel, Dalida l’interprète en 1979. Avec émotion, la chanteuse reprend la chanson, déclamant lentement les paroles de l’artiste belge. Cette chanson aussi, fait écho à la vie de Dalida. L’amour, la force d’aimer et la seule chose à offrir le jour du grand voyage ce triste jour de mai 1987, incarne à merveille la vie de la chanteuse. Une chanson émouvante à redécouvrir.

La vie en rose – 1981

Souvenez-vous de l’interprétation de “La vie en rose” de Dalida et Julio Iglesias ? Pourtant, Dalida a chanté cette chanson également seule et d’une manière beaucoup sobre qu’avec Julio Iglesias. L’enregistrement studio a des airs de balades tandis que la version de 1981, avec le célèbre chanteur espagnol, nous offre une interprétation passionnée. Cette reprise du titre d’Edith Piaf, confirme que Dalida a chanté l’amour sous toute ses formes.

Ainsi, Dalida était une immense interprète, capable de chanter et sublimer les chansons de ses pairs. Aujourd’hui, avec les années passées, les échos à sa vie sont inévitables. Mais dans le fond, qui n’a jamais souffert d’amour ? Quoi qu’il en soit, ces interprétations resteront comme les plus belles de la chansons française.

Pour retrouver Dalida dans des émissions jamais revues, rendez-vous sur notre plateforme de streaming.

DALIDA 1973

Abonnez-vous dès maintenant !

Simple et rapide.

Les thèmes

  • Concerts

    Les plus belles prestations scéniques des artistes français et internationaux filmées depuis 50 ans.

  • Documentaires

    Les documentaires et les reportages les plus passionnants sur la chanson. Pour mieux comprendre la carrière de ces légendes.

  • Films

    Films musicaux, films avec des chanteurs qui jouent la comédie, biopics... Voilà un rendez-vous qui combine amour de la musique et passion pour le 7ème art.

  • Variétés

    Melody présente des émissions de variétés intégrales issues des archives de la télévision française et désormais étrangère.