Louis BERTIGNAC : "Logiquement Jean-Louis AUBERT devrait m'appeler pour me proposer de refaire TÉLÉPHONE"

Par Thierry Cadet
Le 20 janvier 2015
3 mins

Louis BERTIGNAC, dont le dernier album "Suis-moi" a atteint la 10ème marche des meilleures ventes de disques en France en septembre dernier, et qui poursuit actuellement sa tournée à travers la France, s'est confié à Frédéric ZEITOUN dans "Melody de ma vie" (voir sur ce lien). Revenant sur les artistes qui lui ont donné envie de faire ce métier, des BEATLES aux ROLLING STONES, en passant par Ray CHARLES, l'artiste évoque aussi l'éventualité de la reformation du groupe TÉLÉPHONE, au sein duquel il aura été guitariste durant dix ans, avec le succès que l'on sait. Je trouve ça plutôt bien. C'est glorieux qu'on me demande de refaire un truc que j'ai fait à 20 ans ou 25 ans, ça prouve que je n'ai pas fait que de la merde pendant ma vie. Maintenant, bon, je ne sais pas quoi répondre, j'en sais rien …/… Mais on sait qu'on s'aime, on l'a toujours su, on sait qu'il y a quelque chose de fort. Et Frédéric ZEITOUN d'enchérir : On a beaucoup vu Jean-Louis AUBERT venir témoigner, très agréablement d'ailleurs sur le groupe

Ah, alors logiquement, il devrait m'appeler d'ici six mois pour me proposer de refaire TÉLÉPHONE (rires). J'en sais rien (sourire) poursuit Louis BERTIGNAC. C'est le meilleur côté des choses, ça va faire plaisir à beaucoup de monde …/… C'est vrai qu'il y eu du riff dans TÉLÉPHONE, "Ça c'est vraiment toi", "Flipper", des trucs comme ça. Dans "Cendrillon", ce truc "tin tin tin", je l'ai trouvé pour cacher la batterie. J'en voulais à Richard (ndlr : Richard KOLINKA, le batteur). Je suis rentré dans ma chambre d'hôtel, j'ai écouté le truc, et je trouvais ça pas très joli. Donc, j'ai couvert par "tin tin tin", et on l'attendait moins (rires). Il ne le sait pas, je ne crois pas. Désolé Richard (rires) !

Louis BERTIGNAC, né Louis Laurent BERTIGNAC, le 23 février 1954 à Oran, est un musicien français. Il est le fils de Benhaïm BENGUIGUI, juif algérien, et d'une mère d'origine espagnole. À la fin des années 50, sa famille quitte l'Algérie française et s'installe en 1957 en banlieue parisienne puis dans le dix-septième arrondissement. Il fait ses études au lycée Carnot de Paris. En 1968, il obtient sa première guitare et commence à écrire ses premiers disques dans des groupes. En 1973, Louis BERTIGNAC est guitariste des SUPER GOUJATS, qui accompagnent Jacques HIGELIN. Puis, après un bref passage au sein du groupe SHAKIN' STREET, il fonde en 1976 les mythiques TÉLÉPHONE.

Thierry Cadet