Pierre Porte triomphe à la Nouvelle Eve

Par Gilles Farina-Vallé
|
Le 21 mars 2023 à 12:44
|
3 mins
Pierre Porte triomphe à la Nouvelle Eve

Le Music-hall n’est pas mort ! La preuve nous a été offerte hier soir à la Nouvelle Eve à Paris par Pierre Porte. Sous un tonnerre d’applaudissements, le célèbre compositeur a donné un concert en l’honneur de ses 50 ans de carrière, de la sortie de ses mémoires et d’un coffret CD.

Pierre Porte : un monstre sacré des variétés

Le murmure de la salle s’accentue à mesure où le public s’installe. La Nouvelle Eve, célèbre cabaret parisien, est complet pour applaudir ce soir, l’un de nos plus grands compositeurs. Un chef d’orchestre qui a accompagné nos dimanches dans les années 70 et qui a illuminé les soirées parisiennes pendant 36 ans.

Ainsi, les lumières du cabaret s’abaissent progressivement et le spectacle commence. Sous les applaudissements de son public et de ses amis, Pierre Porte entre sur scène. L’artiste s’installe derrière son piano pour laisser place à la magie. Ou plutôt à la Music, titre de John Miles que le compositeur interprète en guise d’ouverture. Après seulement quelques notes, le public est sous le charme…

La soirée se poursuit de musiques en musiques retraçant une carrière riche de mélodies plus belles les unes les autres. De la Féerie du Moulin rouge au Carnaval à Venise en passant par ses compositions pour Jacques Martin et pour Les Carpentier, Pierre Porte offre a son public un voyage à travers la nostalgie.

De plus, le spectacle est régulièrement ponctué d’hommages aux artistes que le pianiste affectionne tant. En effet, la musique et la voix de Gilbert Bécaud ont par deux fois bercé le public de la Nouvelle Eve. Dans une réorchestration surprenante, Pierre Porte nous offre sa version de Monsieur 100 000 volts.

N’oublions pas également ses hommages au compositeur de la Bande Originale de Borsalino, Claude Bolling ou encore aux plus célèbres chansons françaises à travers le monde : Les feuilles mortes et L’hymne à l’amour.

Un public conquis

Ainsi, après une heure et demie de concert et l’intervention d‘Eric Baert pour une série d’imitations, le spectacle s’achève. Le public est conquis par la féerie des mélodies de Pierre Porte. Les murmures se transforment en conversations et laissent entrevoir la satisfaction des spectateurs. En se laissant aller aux écoutes indiscrètes, on entend régulièrement : ” Quel beau spectacle” ou encore “on retrouve le véritable Music-hall” !

Le public ne se trompe jamais…

Retrouvez Pierre Porte dans ses mémoires Le piano est mon orchestre aux éditions de l’Archipel et dans des émissions jamais revues sur notre plateforme de streaming : my.melody.tv