Vline Buggy, une vie à écrire des succès

Par Quentin Boitel
Le 26 juin 2023
4 mins

Vline Buggy est l’auteure de tubes incontournables dans la variété française. Reconnue pour ses talents d’écriture, de grands chanteurs se sont très longtemps bousculés devant sa porte pour travailler avec elle.

Une famille de paroliers

Vline Buggy est en réalité le pseudonyme d’un duo d’auteures, Évelyne pour Vline et Liliane pour Buggy, sa petite sœur. Avant elles, leur père, Géo Koger, était un parolier à succès des années 30 à 50. Il a commencé en écrivant des chansons pour les grandes vedettes de music-hall. Il a notamment signé « J’ai deux amours » pour Joséphine Baker, « Je n’suis pas bien portant » pour Gaston Ouvrard, et tous les premiers succès de Tino Rossi lui doivent leurs paroles. Géo Koger est également à l’origine de « Prosper » interprétée par Maurice Chevalier, ainsi que de « La java bleue » chantée par Fréhel. Il était donc naturel que ses filles se mettent également à l’écriture. Au début des années 60, elles signent alors quelques tubes pour Les Chats Sauvages, dont le fameux « C’est pas sérieux ».

Un drame puis une renaissance

Malheureusement, Évelyne tombe malade et décède en avril 1962. Pour faire son deuil, Liliane décide de continuer seule en reprenant le nom complet de Vline Buggy. C’est à ce moment-là que Rudy Revil, directeur des éditions Tropicales, la contacte pour faire des adaptations de chansons américaines. Elle tombe alors sur « (Girls, Girls, Girls) Made To Love » des Everly Brothers et écrit un premier texte. Par la suite, elle reçoit un appel de Jean-Jacques Tilché, directeur artistique chez Philips, qui lui présente le jeune débutant Claude François.

Claude François explique à Vline Buggy qu’il adore la chanson, mais que le texte ne lui convient pas. Il trouve que le refrain « Rien rien rien que notre amour » donne un son trop fermé et pas assez mélodieux. Ils retravaillent alors le texte ensemble. Puisque le refrain sonne comme des cloches et que « cloche » se dit « bell » en anglais, Claude François décide de renommer cette chanson « Belles, belles, belles ». C’est ainsi qu’une grande relation d’amitié naît entre Claude François et Vline Buggy, qui travailleront ensemble jusqu’à son dernier disque.

Des succès pour l’éternité

Sa longue collaboration avec Claude François lui permet de se faire un nom dans le métier. Vline Buggy commence alors à écrire des textes pour d’autres chanteurs. Elle travaille notamment avec Hugues Aufray, avec qui elle coécrit « Le Pénitencier » pour Johnny Hallyday, ainsi que « Céline », qu’il interprète lui-même. La consécration arrive en 1973 lorsque Anne-Marie David remporte le grand prix du Concours Eurovision de la chanson pour le Luxembourg avec « Tu te reconnaîtras« , dont Vline Buggy signe les paroles.

Mais Vline Buggy est également une découvreuse de talents. C’est elle notamment qui relance la carrière d’Herbert Léonard en 1981 en lui écrivant « Pour le plaisir » avec Claude Carmone, sur une musique de Julien Lepers. Elle entre définitivement dans la postérité lorsqu’elle est faite Chevalière de l’Ordre des Arts et des Lettres le 25 septembre 2017. L’insigne lui est remis le 9 avril 2018 par Hugues Aufray, dans les locaux de la SACEM, en présence du président Jean-Claude Petit, de nombreux artistes, ainsi que d’amis compositeurs et paroliers.

Retrouvez les grands succès écrits par Vline Buggy sur notre plateforme de streaming : my.melody.tv