Yves Simon : les jeunes artistes lui rendent hommage sur "Génération(s) éperdue(s)"

Par Thierry Cadet
Le 30 mars 2018
3 mins

Yves SIMON, essentiellement connu par le grand public pour « Diabolo menthe« , n’en a pas moins une carrière extrêmement riche, en attestent la quinzaine d’opus parus depuis 1967 – même si l’artiste considère que son premier album remonte à 1973 avec « Au pays des merveilles de Juliet« . Et ça tombe bien, parce que la jeune génération de s’y est pas trompée, en réinterprétant cette chanson (et beaucoup d’autres) au sein du disque extrêmement bien produit et réalisé, « Génération(s) éperdue(s)« , en bacs le 27 avril prochain.

Un projet tribute mettant en exergue toute la modernité précurseuse de l’artiste, portée la génération France Inter, de MOODOÏDAu pays des merveilles de Juliet« ) à SOKODiabolo menthe« ), en passant par RADIO ELVIS ou CHRISTINE AND THE QUEENSAmazoniaque« ), sans oublier Louis GARREL, WOODKID, Juliette ARMANET, FEU! CHATTERTON, FRANÇOIS & THE ATLAS MOUNTAINS ou LILLY WOOD & THE PRICK. Le nouvel extrait choisi est celui de JUNIORE, clippé : « Les héros de Barbès » – une chanson présente sur l’album « Raconte-toi » sorti en 1975.

Yves SIMON est un auteur-compositeur-interprète et un écrivain français, né le 3 mai 1944, à Choiseul, d’un père cheminot à Contrexéville et d’une mère serveuse, puis infirmière. Fasciné par Salvatore ADAMO, Yves SIMON monte à Paris pour s’inscrire à l’Université et préparer le concours d’entrée à l’IDHEC (l’école de cinéma). Après un diplôme de lettres, il part voyager en Europe et aux États-Unis.

C’est en 1967, à l’âge de 23 ans, qu’Yves SIMON enregistre son premier 33 tours « Ne t’en fais pas petite fille » et en 1969 « La planète endormie« , qui passent inaperçus. Parallèlement, il écrit des romans. Puis, en 1971, paraît « Les jours en couleurs« , et « L’homme arc-en-ciel« . Ce seront ses premiers succès. En 1972, Yves SIMON dévoile « Les Gauloises bleues« , et fait la première partie de Georges BRASSENS – avec Maxime LE FORESTIER et Philippe CHATEL. Les succès vont ensuite s’enchaîner tant en disques qu’en romans – notamment son plus grand tube à ce jour : « Diabolo menthe« , issu de la B.O du film du même nom, en 1977.

Par Thierry Cadet