Accueil Actualités musicales Didier SUSTRAC lève le voile sur "Ostende bossa"

Didier SUSTRAC lève le voile sur "Ostende bossa"

24/05/2017 - 14h00 0 commentaire
Didier SUSTRAC lève le voile sur

 Crédit photo : visuel du nouvel album de Didier Sustrac

Le nouvel album de Didier SUSTRAC "Ostende bossa", sera disponible à partir du 16 juin prochain dans sa version digitale. Il faudra attendre la rentrée pour l’édition physique. Ce septième disque est accompagné de la publication d’un roman "Je hais les DJ’s", aux Éditions Première Édition ("Il se déroule à Ostende, d’où le titre de l’album. Entre réalité et fiction, il raconte l’écriture de mes nouvelles chansons” confie l'auteur), et d’un EP de remixes de Charles SCHILLINGS.

"Ostende bossa" est empreint de touches sud-américaines, de samba, de bossa nova et de jazz. Le regretté Pierre BAROUH (disparu en décembre dernier), le rejoint sur "Samba Saravah", les deux artistes sont accompagnés pour l’occasion par Philippe BADEN-POWELL (le fils de Baden POWELL), Camilla COSTA (qui accompagne Didier SUSTRAC sur sa reprise de "La rua Madureira" de Nino FERRER), ou David LINX. "Ostende est une plage du bout du monde, un autre Zanzibar, où je me suis posé avec ma guitare. C’est un album qui rend hommage à mes premières amours musicales" confie le chanteur âgé aujourd'hui de 56 ans. "Cette bossa qui résume tout mon rêve brésilien, celui d’une quête d’un paradis perdu. Comme auparavant l’ont fait Chico BUARQUE et Claude NOUGARO" poursuit-il.

En 1993, Didier SUSTRAC décrochait un premier succès radio avec "Tout seul", issu de son premier album "Zanzibar" signé chez Remark. Aujourd'hui, soit vingt-quatre ans après, c'est une relecture de sa chanson remixée qui s'installe petit à petit sur les ondes - ou quand l'électro rejoint la bossa. Sa voix d'or, il l'a promené sur une demi-douzaine d'albums, tissant des liens entre deux continents : l'Europe et l'Amérique du Sud.

Né le 14 décembre 1959 à Grasse, Didier SUSTRAC s’empare de la guitare familiale dès sa huitième année. Dix ans plus tard, nourri des récits de sa grand-mère poétesse et peintre, il part explorer le Venezuela… Puis le Brésil, et le choc de la bossa nova. Il s’immerge dans la mouvance de Joao GILBERTO, Caetano VELOSO et cisèle son écriture, pour laquelle le français s’impose. Il a reçu le "Prix de l’éducation enfantine" avec son premier conte "Chut le roi pourrait t’entendre !" paru chez Hachette. Son premier album "Zanzibar", lui vaut un joli succès en France et au Japon durant les années 90, occasions rêvées de repartir sur la route et d’invoquer les rencontres : des poèmes pour Madagascar, des duos avec Chico BUARQUE, Claude NOUGARO, Michel FUGAIN et Yuri BUENAVENTURA, écrire pour les autres (Nana MOUSKOURI, MAURANE, Jane FOSTIN...), pour les enfants aussi ("Au pays des papas"…).

Thierry Cadet

0 commentaireAjouter un commentaire

Votre commentaire



50 caractère(s) restant(s)


250 caractère(s) restant(s)

Pour confirmer votre commentaire, veuillez recopier le code suivant

Tout commentaire sera validé par notre équipe de modération avant d'être mis en ligne.

Publicité

Plus d'actualités


Retour en haut de page

Publicité


L'offre multi-écrans

offre multi ecrans
multi ecrans melody

Suivez-nous !

facebook melodytwitter melodygoogle melodyyou tube melody

Recevoir la newsletter

Accès direct aux émissions

melody varietes melody concerts
melody films melody documentaires
hit melody vintage top melody vintage
melody 2 tubes melody story
stars de pub nouvelle sequence du spectateur
melody de star melody mag

Publicité


Se connecter

PopIn