Frédéric Zeitoun enchaîne une deuxième saison à l'Alhambra de Paris

Par Thierry Cadet
Le 13 août 2018
3 mins

Suite au succès de son spectacle « L’histoire enchantée du petit juif à roulettes« , que Frédéric ZEITOUN a promené sur les routes depuis plusieurs années, ce dernier a sorti son album « Le petit juif à roulettes » il y a deux ans, porté par deux extraits clippés : « Comme tout le monde » et « Les vacances chez Franco » composé par CHICO & THE GYPSIES. Celui qui raconte les histoires de chansons sur Melody (rappelons aussi que ce dernier a déjà écrit pour de nombreux artistes, de ZAZ à Hugues AUFRAY), en ajoute donc douze nouvelles à son palmarès — il avait en 1983, dévoilé aux éditions Chappell et Gérard DAVOUST un premier 45 tours intitulé « Ces matins« .

C’est à présent sur scène qu’il va les présenter. Frédéric ZEITOUN remontera à partir du 23 septembre, tous les dimanches à 18h00, sur la scène de l’Alhambra pour ses premiers concerts « Frédéric Zeitoun en chanteur » — enchaînant une deuxième saison parisienne ! Par ailleurs, après Pause Guitare, il sera sur le Festival DécOUVRIR de Concèze le 14 août prochain à 20h30, avec aussi Angélina WISMES, Matthias VINCENOT et Eric GUILLETON. Un hommage sera rendu à François CORBIER (disparu le 1er juillet dernier) durant la soirée (voir sur ce lien).

Ce disque, c’est l’itinéraire d’un enfant pas vraiment gâté au départ qui est raconté. Il a été enregistré sous la direction de Jean-Claude GHRENASSIA (le fils d’Enrico MACIAS) et de Bruno BONGARÇON. Charles AZNAVOUR et Georges AUGIER lui ont offert des musiques, Enrico MACIAS et CHICO & THE GYPSIES deux duos.

« Il y a des années, j’ai concouru pour l’ancêtre de la « Star Academy« » confie-t-il à nos confrères de « Marie France ». « On trouvait que mes chansons étaient chouettes, mais on m’a prié de ne pas apparaître avec mon fauteuil à l’écran. On voulait que je sois sur un tabouret à la place pour éviter le « misérabilisme ». Je me rappelle aussi d’une émission, « 40 degrés à l’ombre » où l’on m’avait demandé de passer sur un cheval de manège… Ce n’était pas à la mode de mettre un mec en fauteuil ! Dans ces moments-là, il y a toujours des gens pour vous tendre la main de façon incroyable. Jacques MARTIN m’a dit : « Je vous prends tel que vous êtes », et un jour j’ai rencontré William LEYMERGIE qui m’a dit : « Ce qui m’intéresse, ce sont vos chroniques ». Il y a des gens bien !« .

Par Thierry Cadet