\r\n

"}]}

Que devient CARMEL ("J'oublierai ton nom") ?

Par Thierry Cadet
Le 27 décembre 2017
3 mins

Que devient CARMEL, la duettiste de Johnny sur le tube « J’oublierai ton nom » ? En 1987, la chanteuse britannique pointe 5ème en France avec « Sally« , une jolie place au Top 50 qu’elle squattera deux semaines consécutives, tout juste devancée par ELSAT’en va pas« ), Francis LALANNEOn se retrouvera« ), STATUS QUOIn The Army Now« ) et DESIRELESSVoyage voyage« ). Autant dire, un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Car s’ils connaissent la voix de CARMEL, c’est évidemment grâce à son duo avec Johnny. Ce dernier, soucieux en 1986 de trouver la voix féminine de « J’oublierai ton nom » se laisse convaincre par Jean-Jacques GOLDMAN, qui lui réalise l’album « Gang« .

Les couplets chantés par HALLYDAY sont en français, ceux par CARMEL sont en anglais, écrits par Michael JONES. Le 45 tours sort en qualité de second extrait du disque (après « Je t’attends« ), grimpe jusqu’à la 7ème place du Top, certifié disque de diamant pour 250 000 exemplaires vendus. Après ce succès, CARMEL tentera à nouveau le solo avec la chanson « It’s All In The Game« , qui sera un échec en France (Top 47 en 1987).

 

ET AUJOURD’HUI ?

Malgré la popularité de « J’oublierai ton nom« , la carrière de la chanteuse anglaise née le 24 novembre 1958 à Scunthorpe, dans le Lincolnshire, ne décollera jamais plus loin que « Sally », dans notre Hexagone. Après une dizaine d’albums, dont la plupart en live, CARMEL a proposé en 2011 son dernier disque en date, « Stricly Piaf« . Un disque de reprises de la môme, porté par le single « Sous le ciel de Paris« .

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

Johnny HALLYDAY inscrivait régulièrement « J’oublierai ton nom » à son tour de chant, la reprenant généralement avec une de ses choristes, ou parfois avec une invitée. Ce fut le cas en 2003, où sur la scène du Parc des Princes, il en proposait en duo complètement inédit avec Natasha ST-PIER ou Isabelle BOULAY (selon les dates), porté par des paroles exclusivement dans la langue de Molière (adaptées des paroles anglaises originales de Michael JONES par… Jean-Jacques GOLDMAN).

Thierry Cadet